Nick Drake

Nick Drake

Nick Drake (19 juin 1948 - 25 novembre 1974) était un musicien folk anglais, qui, bien qu'étant salué par la critique de son époque, n'a jamais obtenu l'attention du public de son vivant. Cependant aucun de ses albums n'est tombé dans l'oubli et Nick Drake suscite l'intérêt de nouvelles générations.

Nick Drake naît à Rangoon, capitale de la Birmanie, de Rodney et Molly Drake. Après le retour de sa famille en Angleterre il passe son enfance à Tanworth-in-Arden, village situé dans la région de Birmingham, et s'initie à la musique en amateur durant son adolescence. Il étudie au Marlborough College, puis au Fitzwilliam College, l'un des collèges de l'université de Cambridge. Au bout de quelques mois il abandonne ses études de littérature anglaise et l'athlétisme, qui était l'un de ses hobbies, pour se consacrer à la musique. Grand fan des auteurs folk américains, dont Bob Dylan et Phil Ochs, il se produit dans des clubs et cafés où il est découvert par Ashley Hutchings, qui le présente aux autres membres de son groupe Fairport Convention, ainsi qu'au chanteur folk John Martyn et au producteur Joe Boyd. Après avoir écouté l'une de ses maquettes Boyd convainc le label Island Records de signer un contrat avec Nick Drake pour trois albums.

En 1969 il réalise son premier album, Five Leaves Left. Un quatuor à cordes l'accompagne sur plusieurs morceaux de ce disque intimiste et mélancolique. Le second album, Bryter Layter, sort l'année suivante et regroupe des morceaux aux rythmes plus enlevés et aux sonorités plus jazz, enrichis par des cuivres et de divers instruments (clavecin, orgue, célesta) confiés à John Cale du Velvet Underground. Plusieurs membre de Fairport Convention contribuent à ces deux premiers disques, produits par Joe Boyd. Drake s'est rarement produit sur scène, sauf lors de brêves apparitions en première partie d'artistes folk comme John Martyn, ce qui explique en partie le peu d'attention qu'a suscité son travail auprès du public. Doutant de ses qualités en tant que musicien, et souffrant de dépression, Drake enregistre son dernier album en 1972 dans une propriété mise à sa disposition par le président d'Island, Chris Blackwell. Pink Moon est enregistré durant deux sessions de deux heures chacune, démarrées sur le coup de minuit. Il est composé de chansons courtes, enregistrées à la guitare acoustique sans aucun accompagnement, et ne dure que vingt-huit minutes.
Après avoir remis les bandes à son label, ce qui met fin à ses obligations avec Island, Drake décide de mettre un terme à sa carrière d'artiste solo. Il prévoit de composer des chansons pour d'autres interprètes, et de se consacrer à l'écriture de programmes informatiques. Lors des mois suivants il s'enfonce progressivement dans la dépression, gardant le contact uniquement avec ses plus proches amis, comme le chanteur John Martyn, qui lui dédie la chanson Solid Air, ou Françoise Hardy, qui aurait aimé qu'il compose pour elle. Nick Drake compose quelques nouvelles chansons dans la douleur, persuadé qu'il n'a plus rien à dire. Il est hospitalisé mais n'arrive pas à surmonter son état, et décède dans la maison familiale en novembre 1974 d'une overdose d'antidepresseurs. Les autorités concluent au suicide, bien que sa famille et ses proches contestent la thèse.

La popularité de Nick Drake est toujours vivace aujourd'hui grâce à son écriture méticuleuse, sa prosodie et son jeu de guitare. Son travail a été régulièrement cité par Kate Bush, Tom Verlaine du groupe Television, Lou Barlow, Peter Buck du groupe R.E.M., plus récemment Graham Coxon, ou encore Elliott Smith. Robert Smith, chanteur des Cure, de même que Perry Blake lui vouent une admiration sans limites. Le pianiste de Jazz Brad Mehldau a également repris et adapté plusieurs de ses chansons. Nous pouvons enfin citer Johan Asherton, songwriter folk français, qui est un des plus grands admirateurs contemporains de Nick Drake.
Les albums de Nick Drake ont été réédités et remasterisés par Island Records, qui a également publié deux compilations et un coffret composé des albums studio et d'un disque d'inédits. Un documentaire présentant des interviews de la sœur de l'artiste, Gabrielle Drake, de l'arrangeur Robert Kirby et du producteur Joe Boyd est réalisé le cinéaste néerlandais Jeroen Berkvens en 2000. La même année un spot publicitaire utilisant un extrait de l'album Pink Moon a brusquement augmenté sa notoriété dans le grand public. Plusieurs chansons de Drake ont également été utilisées au cinéma, notamment dans Practical Magic réalisé par Griffin Dunne, ou The Royal Tenenbaums de Wes Anderson. <a href="https://www.last.fm/music/Nick+Drake">Read more on Last.fm</a>. User-contributed text is available under the Creative Commons By-SA License; additional terms may apply.